Impact Investing : Faut-il se lancer ? (Partie 3)

Voici notre dernier article de la série consacrée à l'impact investing ! Fanny Brialon, analyse chez Impact Partenaires répond à nos questions pour comprendre les fonds d'investissements à impact ! 


Ecosystème financement
Publié le 25/07/2019

 

Pour le dernier article de notre série sur l’impact investing, nous avons interrogé Fanny Brialon (Impact Partenaires). Dans cet article, on aborde les points clés du fonctionnement et des enjeux d'un fonds d'investissement à impact. 

Fanny Brialon est Analyste chez Impact Partenaires, et anciennement Analyste chez Eldorado.co. Impact Partenaires est une société de gestion à vocation sociale qui finance et accompagne les entreprises sociales favorisant notamment l’insertion professionnelle, l’emploi dans les zones urbaines défavorisées ou encore des personnes en situation de handicap. L’investisseur pionnier de l’impact gère 110m€ et finalise une prochaine levée. Par ailleurs, il devient un acteur européen avec l’ouverture d’un bureau en Allemagne et un au Danemark.

 

Après une première expérience en tant que VC Analyst, pourquoi avoir décidé d’accompagner des projets au sein d’un fonds d’investissement à impact ?

Travailler en tant qu’analyste chez Impact Partenaires est chaque jour stimulant car je travaille sur des tâches très diversifiées, allant de l’identification des entrepreneurs dont l’entreprise porte un impact social, mais aussi leur accompagnement au côté des directeurs d’investissement et des chargés d’affaires. En effet, l’agilité d’Impact Partenaires me donne la chance d’être présente à tous les stades de l’investissement.  

De plus, Impact Partenaires investi dans des secteurs très variés ainsi et des activités de tous types (économie circulaire, éducation, digital…) me permettant de découvrir de nouveaux enjeux sociaux et de constamment enrichir mes connaissances.

Enfin, les entrepreneurs rencontrés chaque jour sont très engagés, et inspirants du fait de leurs expériences et leurs connaissances.   

Cela me permet chaque jour d’allier convictions personnelles et aspirations professionnelles.

 

L’impact investing est un concept très large, quelle est votre définition chez Impact Partenaires de ce secteur ?

Effectivement, la notion d’impact investing est très large, et dépend de chaque acteur et son domaine d’intervention.

La définition que nous avons de l’impact investing, comme l’expliquait parfaitement Mathieu Cornieti, Président d’Impact Partenaires, dans le livre « Impact & Cie » préfacé par Erik Orsenna :

« En dix ans est né un marché où le capital est « mis au travail » pour « plus de sens ». Dans le jargon du private equity, on appelle cela l’impact investing : investir avec impact.

C’est une double promesse, celle d’une performance financière et d’une performance sociale ou environnementale.

C’est aussi celle d’un accompagnement actif des dirigeants pour maximiser l’impact, sa mesure régulière et l’alignement des intérêts de l’équipe d’investissement sur les objectifs. »

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos critères de sélection de projets ?

A l’origine, Impact Partenaires a été créé avec la mission de dynamiser l’entrepreneuriat et le développement des entreprises dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, où le taux de chômage est conséquent (24,7% en 2017, c’est 2,7 fois plus que la moyenne nationale).

Après quelques années d’existence, la stratégie d’investissement s’est élargie à d’autres territoires fragiles puis à l’inclusion économique et sociale des personnes en situation de handicap, qui sont également touchées par un important taux de chômage (19% en 2018).

Aujourd’hui notre stratégie d’investissement adresse une grande partie des profonds enjeux sociaux auxquels nous sommes confrontés : quartiers, emploi et handicap, apprentissage, insertion, dépendance, développement du monde rural et des outre-mers….

D’un point de vue financier, nous investissons dans des projets tous secteurs confondus, ayant quelques années d’expériences, un premier chiffre d’affaires et un fort potentiel de développement. Enfin l’impact social porté par l’entreprise doit être remarquable, proportionné par rapport au montant investi et quantifiable pour permettre l’analyse d’une évolution. 

 

Quelle est votre stratégie pour concilier les objectifs de rendements financiers aux ambitions d’impact social et environnemental des entreprises que vous accompagnez ?

Pour commencer, nous n’investissons pas dans les sociétés s’ils ne présentent pas un impact social clair et mesurable au moment de notre investissement. Nous devons pleinement partager le même intérêt pour le sujet d'impact choisi quoi doit être au cœur de l'objet social de l'entreprise. Cela permet de nous assurer en permanence de ne pas devoir choisir entre social et économique. Par ailleurs, nous avons développé une expertise très forte sur l’insertion, le handicap, l’éducation… qui nous permet d’apporter davantage de valeur aux entrepreneurs par notre connaissance des acteurs clés (ministères, associations, services achats et RH des grands groupes…).

Nous organisons également de nombreux évènements leur permettant de faciliter l’accès aux clients comme la tournée des achats impactants.

De plus nous avons lancé le Chief Impact Officer Club, pour les entreprises que nous avons la chance d'accompagner, il s'agit du premier club regroupant les salariés et les dirigeants en charge de l'impact social. Ce rendez-vous est l’occasion de partager les bonnes pratiques et expériences favorisant un modèle économique vertueux en adéquation avec nos exigences de résultats d’impact social.

L’objectif d’Impact Partenaires est de prouver qu’une entreprise peut parfaitement réunir performance financière et sociale.

 

Comment mesurez-vous concrètement l’impact social et comment construisez-vous vos indicateurs sociaux ? Avez-vous un exemple concret d’indicateur que vous avez suivi récemment ?

A l’investissement nous définissons avec l’entrepreneur un indicateur social dont nous pourrons suivre l’évolution tout au long de notre collaboration.

Ces indicateurs peuvent être directement liés à l’activité, comme dans le cas de :

-      WEBFORCE 3, un réseau d’école de formation au métier du développement web : l'indicateur que nous mesurons est le nombre d'élèves se réinsérant professionnellement.  

-      Montessori 21, le plus grand réseau d’écoles Montessori de France avec 7 établissements et 370 élèves entre 2 et 12 ans. Il se trouve que c'est également un réseau Montessori éminement solidaire, œuvrant pour plus de mixité sociale, en effet le système de frais scolaire en place dépend du revenu du foyer.

Ou indirectement lié à l’activité comme dans le cas de HoopsFactory :

-      Hoops Factory est un réseau de salles de basket. L’impact social mis en avant est le nombre de salariés issus de quartiers prioritaires de la Politique de la Ville. En effet l’ensemble des salles y sont localisées et participent à leur dynamisme économique.

 

Vous travaillez également auprès de TPE et PME, pensez-vous que ce modèle permet la même maximisation des rendements financiers et sociaux que les startups ? Quelles sont, de votre point de vue, les incitations qui devraient être mises en place pour favoriser la création de TPE et PME à impact ?

Comme nous avons pu le démontrer à travers les sorties réalisées, conjuguer intimement impact social et rentabilité financière est possible.

En effet, nous considérons que l’impact social d’une entreprise est un des éléments moteurs de la création de richesse d’une entreprise et un vrai levier de croissance avec la construction d’un solide avantage compétitif.

Afin de démocratiser entrepreneuriat social et d’encourager les individus à entreprendre sur des sujets d’impact, et d’autant plus, les personnes directement touchées par ces enjeux, des initiatives peuvent être mises en place comme :

-      Des actions de sensibilisation à l’entrepreneuriat dès le plus jeune âge : Impact y participe, à travers le mois de l’entrepreneuriat dans les quartiers.

-      Ou encore, l’augmentation du nombre de structures accompagnant les entrepreneurs sociaux dans la création et le développement de leur projets…

 

Avez-vous des conseils à donner aux entrepreneurs sociaux levant actuellement des fonds auprès d’investisseurs à impact chez Eldorado.co ?

Ne pas négliger les fondamentaux financiers et de gestion d’une entreprise au profit de l’impact social. Les entreprises sociales restent des entreprises !

Ces deux éléments doivent aller de pair, en effet l’impact que porte une entreprise doit être un moteur dans la création de performance financière et non un obstacle. Si cela est le cas, une réflexion sur un modèle plus vertueux doit être engagé par l’entrepreneur.

 

SI vous voulez en savoir plus sur, la définition et l'évolution de l'impact investing, ainsi que des secteurs porteurs du marché, n'hésitez pas à consulter les articles précédents de notre série sur l'Impact Investing. Alors, allez-vous vous lancer ? 

 

Cet article a été rédigé avec la participation de Clémence Helfer. 
 

Avec la contribution de
lara@eldorado.co's picture
Lara Garrido

Operations Manager @ Eldorado

Prenez part à la discussion

Pour approfondir

#3 - Les fonds Série B en France

Tout savoir sur les fonds qui investissent dans les startups en Série B en France.

Listings & Panorama
11/03/2019

Avril 2018: les Startups françaises lèvent 181 millions €

Avril 2018 est le deuxième mois consécutif pour lequel le montant total levé est inférieur à celui de l’année passée.