Les clés du Business Plan financier

Qu'est-ce qu'un Business Plan ? Comment le construire ? Quels sont les meilleurs conseils ? Vous retrouverez toutes les réponses dans cet article !


Ecosystème financement
Publié le 08/11/2019

Eldorado.co.jpg

Le Business Plan, c'est quoi ? 

Le Business Plan, exercice incontournable d’une création d’entreprise, s’adresse à plusieurs interlocuteurs et revêt de multiples aspects.

Le Business Plan est avant tout un outil pour l’entrepreneur, pour élaborer et tester la clarté, la cohérence et la viabilité de son projet. C’est ensuite un support de communication indispensable pour convaincre des partenaires de lui faire confiance : financiers (investisseur, banquier…), potentiels associés, business (réseau de distribution, fournisseur…), soutiens divers (organismes d’accompagnement, concours, subventions…).

Le Business Plan décrit l’ensemble des éléments du projet de la startup :

  • Pourquoi ? Quoi ? : le contexte / problème que l’on résout, la solution / proposition / concept / produit qui y répond,

  • Où ? : l’environnement dans lequel l’entreprise va opérer : son marché, sa concurrence, le contexte réglementaire, etc.,

  • Comment ? : le plan de développement, la stratégie commerciale, les canaux / coûts d’acquisition de clientèle, les KPI à piloter,

  • Qui ? : l’équipe fondatrice et dirigeante, ses points forts, ses complémentarités, son historique,

  • Enfin, le prévisionnel financier et le plan de financement, synthèse chiffrée de tous les éléments précédents.

C’est sur ce dernier volet, la partie financière du business plan, que nous revenons ici.

 

Être clair pour convaincre

Pour une entreprise qui a déjà une activité établie, la prise en compte de son historique (chiffres de ventes, coûts d’exploitation etc.) est un déterminant important des projections financières futures. Pour une startup, les prévisions reposent essentiellement sur les hypothèses de l’entrepreneur. D’où le caractère fondamental d’expliciter et de documenter ses hypothèses : expliquer la formation du chiffre d’affaires, sur quelles études de marché elles se fondent, s’assurer que l’on a pris en compte l’exhaustivité des coûts nécessaires , des différents délais de paiements, indiquer quelles sont les métriques importantes qui permettront de piloter l’activité, …

Un prévisionnel clair et détaillé reflètera l’aptitude de l’équipe à maîtriser les enjeux, les risques et les facteurs de réussite de son projet. La facilité de lecture et de compréhension de vos hypothèses facilitera largement l’analyse des résultats obtenus par les investisseurs potentiels s’intéressant à votre projet, et les rassurera sur la rigueur et la capacité de l’équipe d’atteindre ses objectifs.

 

Vendeur, mais sans excès

Pour convaincre ses partenaires, le BP reprendra naturellement les hypothèses les plus optimistes du projet. Mais l’investisseur le sait, et ne prendra donc pas les chiffres que vous lui présentez comme une vérité.

Tout partenaire que vous cherchez à convaincre aura davantage confiance en une équipe qui connaît et assume ses risques, plutôt qu’en un BP exagérément optimiste. Ne sous-estimez donc pas les risques du projet, anticipez et n’éludez pas les problèmes que vous pourriez rencontrer, et recherchez les réponses que vous pourrez y apporter. 

 

Eldorado.co.jpg

 

Scénariser

Un business plan ne se réalise jamais comme prévu. Il y aura parfois des opportunités non envisagées et certainement des aléas qui viendront contrarier les plans du startuper, c’est d’ailleurs inhérent à toute aventure entrepreneuriale. La réponse ne se trouve pas dans une boule de cristal, mais bien dans la scénarisation de son business plan. Il s’agit ici d’identifier quels sont les scénarios alternatifs, réalistes, dans lesquels l’activité va devoir opérer. Dit autrement, il s’agit de quantifier les zones de risque identifiées et leurs impacts potentiels sur les principaux indicateurs et notamment sur la trésorerie de l’entreprise. Par exemple, les variations de volumes de ventes, de prix des matières premières, des délais de paiement clients, des coûts d’approvisionnement, etc. Dans chaque cas, mesurez si les marges de manœuvre à disposition (par exemple, des coûts superflus à réduire, une possibilité de négociation sur les délais de paiement fournisseurs, etc.) sont suffisantes pour palier cette situation.

Le but de l’exercice est ici de connaître les scénarios limites, au-delà desquels l’entreprise est en difficulté, pour pouvoir mieux piloter ces risques une fois l’activité lancée.

 

Le business plan financier, outil de pilotage

Le BP financier doit non seulement être la version chiffrée de la vision du startuper, mais aussi l’instrument permettant de piloter la position de trésorerie de l’entreprise, aussi bien à son lancement, qu’ultérieurement une fois l’activité lancée.

Au fil du temps le BP sera réajusté régulièrement en fonction des résultats atteints (position de trésorerie réelle, entrées et sorties de cash à court terme, tendances à moyen terme réactualisées), de sorte à constituer un plan de trésorerie, ou plan de financement, à court terme et moyen terme.

Le plan de financement constitue l’un des éléments clés à produire au sein du BP financier. Il met face à face les besoins (investissements, variation du besoin en fonds de roulement, remboursements d’emprunts, distributions de dividendes) et les ressources de trésorerie (apports en capital et en comptes courants d’associés, nouveaux emprunts, capacité d’autofinancement).

Dans sa réalisation, portez une attention particulière :

  • au besoin en fonds de roulement (BFR), qui mesure le besoin de trésorerie structurel lié à l’activité de l’entreprise. Dans le cas d’une startup, il est probable qu’un nombre important de dépenses et d’investissements doivent être effectués avant d’encaisser le 1er euro de chiffre d’affaires. Mesurez votre BFR dans chaque phase de développement (investissement / R&D, commercialisation, croissance, etc.) ainsi que le montant de chiffre d’affaires et le délai nécessaire pour atteindre la rentabilité (seuil de rentabilité et point mort).

  • aux différents délais de paiement pouvant générer un décalage entre trésorerie « potentielle » et trésorerie « réelle ». Par exemple, les activités B2B souffrent couramment de délais de règlement élevés de la part de leurs clients grands comptes. Prévoyez une réserve de trésorerie pour faire face à ces décalages.

  • aux décaissements indirectement liés à l’exploitation, et à tous autres évènements pouvant impacter le solde de trésorerie : par exemple les décaissements de TVA (ou la faculté de récupérer l’excédent versé), les délais d’encaissement des subventions et autres aides financières… Là encore, anticipez et soyez réalistes sur les besoins de trésorerie à mettre en réserve.

 

Les outils

Pour construire son business plan, il existe un certain nombre de modèles fournissant une trame pour les parties non financières décrites en introduction.

La réalisation du BP financier, quant à elle, nécessite un outil adapté.

Comme dans la plupart des cas, vous pourrez utiliser un fichier Excel, que vous aurez construit ou repris et adapté. L’utilisation d’un tableur vous offre la souplesse de traduire votre activité avec autant de paramètres que vous le souhaitez et ainsi entrer dans une modélisation très détaillée (parfois trop). En contrepartie vous devrez de manière certaine passer du temps sur la maintenance et les évolutions des formules de calculs et vous questionner sur leur fiabilité. De plus, cela reste limité en termes de communication et d’utilisation partagée avec vos partenaires.

Si vous n’êtes pas un professionnel d’Excel ou que vous souhaitez gagner du temps, il vaut mieux avoir recours à un logiciel de marché : par exemple, Evaltonbiz vous facilitera la construction de votre prévisionnel financier. Avec une interface moderne, vous avez uniquement à entrer les montants et la temporalité de vos hypothèses d’activité futures (achats, ventes, investissements et sources de financement),  l’outil fait le reste : calculs automatiques de projections financières et de prévisions de trésorerie, dossier de synthèse formaté à communiquer à vos partenaires, ainsi que d’autres éléments optionnels comme par exemple les données comparatives géo-sectorielles.

 

S’il faut retenir une chose, c’est que le business plan est avant tout un outil pour l’entrepreneur. Un outil pour se convaincre soit même et se fixer ses objectifs. Si vous n’êtes pas convaincu par votre business plan, il ne sera pas convaincant. Formaliser les éléments de votre projet aujourd’hui, c’est travailler à leur réalisation demain.

Cet article a été rédigé par Jean Oulhen, expert en création de Business Plan, fondateur et CEO de l'outil Evaltonbiz. 

 

Avec la contribution de
lara@eldorado.co's picture
Lara Garrido

Operations Manager @ Eldorado

Prenez part à la discussion

Pour approfondir

Avril 2018: les Startups françaises lèvent 181 millions €

Avril 2018 est le deuxième mois consécutif pour lequel le montant total levé est inférieur à celui de l’année passée.

Le best of des pitch deck des licornes françaises et internationales

Comment rédige-t-on son pitch deck pour devenir une licorne?